Il y a dix ans, l'État s'inquiétait déjà des cybercriminels