Il y a sept ans, le technostress faisait encore sourire