Il y a six ans, le contrat entre Renault et Atos déraillait