La crise pousse les États à optimiser leurs dépenses informatiques

Le cabinet du Premier Ministre britannique revendique 249 M£ d'économies