Les entreprises françaises veulent recruter 18 % d'informaticiens de plus qu'en 2006

Les entreprises françaises veulent recruter 18 % d'informaticiens de plus qu'en 2006
 

Les SSII sont presque les seules à vouloir recruter, alors que les sociétés utilisatrices souhaitent baisser leurs effectifs. L'Ile-de-France représente deux tiers des intentions d'embauche recensées par l'Unedic.

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • bobby66
    bobby66     

    excellente analyse.
    Pour les non-cadres comme moi se mettre au service de SSII relève de l'exploit.
    Je n'obtient pas ce que je veux, on préfère des ingé. Et je dis non!!
    S'il le faut je partirais me vendre à Sa étrangère (tout sauf indienne)
    Mon niveau de langue me le permet.
    (f--- the shitsteme )

  • RaHz
    RaHz     

    Fais un effort d'écriture quand tu rédiges un article :)

  • bluff
    bluff     

    Meme si c'est un phénomène encore minoritaire, de plus en plus de ssii ne veulent meme plus recruter et passent par d'autres SSII prestataires => ce syst aboutit forcent à une exploitation poussée des ingénieurs (bcp de competences exigées, ingé à tout faire, salaire tirés vers le bas), souvent des etrangers venant travailler en france. et surtout à un developpement des SSII offshore, qui sont les seules à pouvoir proposer des ingé à d'autres SSII parfois au 3eme niveau.

    C'est bien simple: le client veut un max de flexibilité (mais pas du coté du salarié qui doit pas lui claquer ds les doigts) avec des prix de + en + serrés. la SSII veut de + en + de marge, aucun intecontrat et ne pas avoir à former l'ingé (qui se demerde pour s'auto former lui-meme sur les projets où le balance). Pour réduire ses intercontrat, la SSII fait appel à d'autres SSII qui elled soit exploitent l'ingé, soit sont des SSII offshore.

    bref, PERSONNE ne veut avoir à gerer l'ingé, sa formation, ses intercontrat, sa carrière, et pouvoir l'ejecter du jour au lendemain. Et apres 40 ans, on le remplace par un jeune.

    par contre, TOUS sont pour se mettre dans la poche les 200-300? / jour gagné par l'ingé (sur 500-600?) et comme cela ne suffit pas, on delocalise pour se mettre alors 450? par jour.

    on est un logique d''externalisation à outrance, et l'externalisation est en train elle aussi de s'externaliser ou se délocaliser.

    je suis pessismiste mais si on continue ds ce cercle vicieux, dans 10 ans, il n'y aura plus aucun informaticien chez les clienst et tte les SSII seront en Inde.

    nous devons tous réagir aujourdhui, si on ne veut pas voir notre profession disparaitre

  • Charlie_92
    Charlie_92     

    Bonjour,

    Je suis d'accord avec toi sur les pratiques douteuses de certaines SSII.
    Ton expérience d'embauche directe au Sénat m'intéresse, amis je n'ai pas ton adresse mail.
    Peux tu m'écrire à pasdemail@ici.fr

    Merci

  • pierre75015
    pierre75015     

    Embauche directe dans l'administration

    Je m'étonne de cette externalisation.
    c'est à dire ne passer que par les SSII pour embaucher

    Je peut parler de mon expérience.
    J'ai travaillé au service informatique du Sénat comme contractuel pendant 18 mois.
    Le Sénat sur un projet avait embauché un prestataire placé par une SSII, hors de prix. 5000 F/jour (800 euros).
    Il semblerait que les SSII surfacturent par rapport au administrations :-)

    J'ai été embauché comme contractuel sur 2 contrats sensiblement moins élevés.
    1000 F/jour brut.

    L'avantage par rapport à une SSII, C'est que les rapports sont directs.
    J'ai auparavant fait un contrat pour un opérateur dans les télécoms à Vélizy.
    J'y ai été placé en cascade par un première société de service du Sentier, puis une deuxième intermédiaire.
    Le travail y était très mal organisé, lés dépassement de temps jusqu'à 60 heures par semaine en heures supplémentaires non payés (Je n'étais pas cadres les 35 heures avancés par certains me font rigoler). Travailler plus pour gagner plus J. A bon, comment ?
    Je n'avait aucun recourt , impossible de joindre la première boite qui m'avait embauché. Je ne suis passé chez eux que le temps de signer le 1er contrat et le solde de tout compte. L'expertise technologique et la valeur ajoutée des SSII me font rigoler aussi.
    C'est une escroquerie dont l »employé paye la facture.
    Dans cette société, je n'avait aucune assistance technique. Ni de ma 1ére boite pour les conditions évoquées, ni du service « R&D » de 'opérateur télécom.
    Laché dans la nature.

    Finalement l'embauche directe au Sénat était bien meilleure.
    Une meilleure gestion pour eux et pour mois. Ils connaissait les difficultés.
    S »il y avait une nouvelle technologie à intégrer, ils en prenait les moyens.

    J'ai été embauché par le chef de projet, informaticien et développeur lui même.
    Les DSI lui faisait toute confiance.

    Je me demande pourquoi les sociétés utilisatrices ne font pas de même.
    Alors quelles connaissent les compétences « technologiques » des SSII.
    Au lieu de faire gérer le personnel par des commerciaux qui ne connaissant rein dans les technologie qu'ils vendent.
    Embaucher quelqu'un en contrat déterminé reviendrait au même.
    Ça simplifierait le problème technologique
    Ce serait moins cher.
    Et l'assistance du groupe, parlons en
    A l'embauche les DRH, souvent des commerciaux, parlent de formation qu'on ne voit jamais.
    Les employés embauché par des SSII pour être placé chez un client, sont souvent embauché la veille.
    Le contrat n'est pas encore signé lorsqu'on les présente au client, comme étant un employé de longue date.
    Si ce nouveau n'est pas retenu par le client, l'informaticien perle rare découvert la veille n'est pas embauché.
    Et s'il embauché, c'est sur un CDD ou mieux un CDI cadre avec 3 mois de période d'essai renouvelable et fin du contrat au bout de 5 mois.

    Dans cette embauche directe avec la prime de précarité, je devais coûter 2000 F/jour, loin des 5000 réclamé par la société pour un employé dont elle ne s'occupait pas. Bénéfice direct 3000 F net la journée.
    Déduction faire du salaire du commercial, il devait en rester pas mal.
    La formation ne coûtait rien J

    Mon mail est valide. N'hésitez pas à m'écrire, car je ne suis pas un cas isolé.

  • kabal_sai
    kabal_sai     

    avec un grand pliasére que j'ai dicéder d'ecrire cette letter pour vous demande est ce que je peut trouvé un travaille avec vous
    j'aimerai vous dir que j'ai un deplome de l'informatique de gestion technicien j'ai24 ans je parle bien la lange françai et un peut langlais
    vous agré ms mes respectes salutation et j'attand avec un grand palisére votre reponse abderrazzaq

  • MUNCI
    MUNCI     

    A noter que si 56% des entreprises interrogées anticipent des difficultés de recrutements de cadres informaticiens (ce qui les placent dans la moyenne supérieure de l'étude mais pas plus haut... la médiane se situant à 46%), ce chiffre descend par-contre à 31% pour les non-cadres.

    A lire : http://www.munci.org/Enquete-BMO-Unedic-2007-des-recrutements-d-informaticiens-inegaux

  • MUNCI
    MUNCI     

    A lire absolument :
    http://www.munci.org/Informaticiens-bientot-tous-prestataires?

Votre réponse
Postez un commentaire