Les informaticiens français gardent la cote aux Etats-Unis