Les informaticiens toujours infidèles aux SSII

Les informaticiens toujours infidèles aux SSII
 

Attractivité, formations et salaires : tels sont les trois leviers que le Syntec Informatique veut actionner en 2007. Une manière de répondre à l'insatisfaction de nombreux informaticiens.

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • cdgss
    cdgss     

    tout est dit, les 3/4 des embauches sont lies a des demissions!

    a part chez des marchands de viande dans quel secteur "normal" a t on des taux de demission aussi eleve?

    quand on pense que chez altran ils ont un turn over de 33% ca fait rever. en 3 ans ils ont entierement renouvelle leurs equipes ...

  • Steria-Avenir
    Steria-Avenir     

    Steria-Avenir dit [g]qu’il est temps d’arrêter de jouer avec les droits des salariés[/g] :

    Nous exigeons l’élection des membres du Comité d’Entreprise

    [g](14 sièges vacants sur 17) et des délégués du Personnel (plusieurs dizaines de sièges vacants)[/g][s][/s]
    Certains se sont réjouis de l’annulation des élections du collège Cadres (CE et DP) du 9 février 2007 et de la situation difficile dans laquelle se sont trouvées vos institutions représentatives du personnel depuis.

    En effet, le CEt Région Parisienne qui regroupe plus de 4500 salariés fonctionne désormais avec une équipe extrêmement réduite (3 élus titulaires au lieu de 17, 14 sièges vacants !).
    La situation est encore plus grave pour les délégués du personnel.

    Les salariés ont besoin de leur comité d’entreprise et de leurs délégués du personnel.

    L’entreprise se devait d’organiser l’élection pour les sièges vacants dans les 45 jours suivant l’annulation.

    Aucune date d’élection n’est annoncée à ce jour malgré les sollicitations de l’inspection du Travail et nos différentes demandes (2 rappels).
    Nous avons donc saisi hier le tribunal d’instance afin de fixer la date du scrutin pour les élections à refaire et de désigner, le cas échéant, un mandataire de justice pour assurer la liberté et la sincérité des votes. L’audience est fixée au 12 avril 2007 à 10 H. Soutenez cette action.

    [g]9 délégués du personnel élus, 3 élus au CE en 2006, des dizaines de cas individuels de salariés traités avec succès et des sujets collectifs aboutis par nos soins[/g]
    http://www.steria-avenir.com
    Email :info@steria-avenir.com

  • MUNCI
    MUNCI     

    http://www.munci.org/Conference-de-presse-du-Syntec-Informatique-03-04-3007-le-contre-bilan-social
    (ou : http://www.munci.org/article1151.html)

  • kristof92
    kristof92     

    [quote]"L'étude de l'Observatoire des Métiers sur les informaticiens (...)"[/quote]

    ...sur les [g]développeurs[/g], et eux seuls, nuance !

    [quote]Sur les chiffres du chômage,
    (...)[/quote]

    Oui mais le syntec informatique est probablement dans le "secret des dieux" lui... il faudrait vérifier auprès de l'Anpe !

    [quote]Quelques chiffres clefs :
    Forfait = 2/3 de la facturation
    26 % des informaticiens travaillent dans un centre de service
    67 % des informaticiens (dont les 26 % du dessus) travaillent à 80 % ou plus de leur temps dans les locaux de leur SSII. [/quote]

    Ca montre bien que seuls les développeurs au forfait, bien au chaud dans leurs SSII, ont été interrogés dans cette enquête... les sondeurs ne sont pas allés les chercher chez les clients, tu parles !
    Le résultat, c'est une vision totalement erronée de la réalité car chacun sait que la régie est encore largement majoritaire dans les services informatiques !

  • Ivan Béraud
    Ivan Béraud     

    L'étude de l'Observatoire des Métiers sur les informaticiens qui permet d'avoir quelques chiffres sérieux sur la formation, les salaires etc... est disponible içi : http://www.f3c-cfdt.fr/actualites/informaticien-et-heureux/

    Quelques points de repères :

    Sur les chiffres du chômage,
    En ce qui concerne les entrées : il n'y a aucune indication publique sur l'origine sectorielle des demandeurs d'emploi, il est donc impossible de faire la part entre les informaticiens chomeurs provenant des SSII et ceux venant des Utilisateurs.
    En ce qui concerne les sorties : il y a des études sur le secteur de sortie ou les métiers de sortie, mais pas de suivi individuel qui pourrait permettre de dire quel type d'emploi retrouve un informaticien au chômage.

    Quelques chiffres clefs :
    Formation : durée moyenne 2 à 3 jours par an (1% du temps).
    62 % des informaticiens n'ont eu aucune formation sur les 3 dernières années. Du coup lorsque l'on en à une elle généralement relativement longue et donne lieu à certification dans 48 % des cas).
    Seulement 4 % ont utilisé leur DIF.

    Organisation du travail :
    Forfait = 2/3 de la facturation
    26 % des informaticiens travaillent dans un centre de service
    67 % des informaticiens (dont les 26 % du dessus) travaillent à 80 % ou plus de leur temps dans les locaux de leur SSII.

    Evolution professionnelle :
    Dans 45 % des entreprises, il n'y a aucune évolution possible dans la SSII.
    En moyenne 15 % des développeurs évoluent (généralement en chef de projet) dans leur SSII au bout de 3 à 5 ans.
    5 % des développeur quittent leur SSII pour connaitre une évolution dans une autre SSII mais ils sont fortement concentrés sur 25 % des entreprises (turn over moyen dans ces entreprises = 20 %).
    3 % partent chez le clients (mais ils représentent 17 % des effectifs des SSII concernés)


    Sociologie : Hommes à 87 %, age moyen : 33 ans, 50 % bas + 5 et au-delà, salaire moyen 35 780 ? par an.

  • John_Wayne
    John_Wayne     

    Formation , formation => les politiques de formation des SSII de font sur le court terme et la plupart du temps sur la mission en cours = pas d'anticipation des besoins futurs. Si le collaborateur reste X années chez le même client, il aura une formation (peut-être) au départ, puis...pffffffttt.....plus rien. Le jour où cette mission se terminera, les compétences dudit collaborateur seront en décalage avec le marché.

    Je vois souvent dans le forums ayant attrait aux métiers de l'informatique la note suivante SSII = marchands de viande. Après plus de 2 ans 1/2 en SSII, je ne peux être qu'en total accord avec cette affirmation. Après le Syntec s'étonne que les informaticiens leur soient infidèles.
    Avec des politiques managériales pitoyables (le manager est la plupart du temps le commercial qui ne pense qu'à se faire du fric sans penser au collaborateur), il ne faut pas s'étonner de cet état de fait.

    Enquête super intéressante ici : http://solutions.journaldunet.com/0702/070202-enquete-syndicalisme-informatique/1.shtml

    Comme mentionner MUNCI, allez faire un tour sur le site http:\\www.munci.org

  • Traroth2
    Traroth2     

    Sur la forme, ce reportage est caricatural : on a un représentant du Syntec très digne, beau costume, hotel de luxe, et un représentant syndical clownesque, dans un bureau en bordel, en bras de chemise, avec une tête bizarre et un accent à la Coluche ("on est une bande de jeunes, on se fend la gueule"). Effectivement, ça n'est pas un reportage, mais de la propagande.

  • MUNCI
    MUNCI     

    Le soit-disant taux de chômage de 2.5% inventé par le Syntec Informatique résulte d'un calcul fantaisiste qui n'a strictement aucun sens pour cacher la réalité moins reluisante du vrai taux de chômage qui est celui de l'ensemble de la profession et qui est au minimum de 5.1% fin dec.2006 (voir http://www.munci.org/article1125.html), ce qui n'est pas beaucoup certes (et c'est tant mieux !) mais qui représente toujours le double...

    Quant au manque d'attractivité des SSII, il faudrait commencer par la rechercher ici : http://www.munci.org/Informaticien-en-SSII-les-raisons-du-malaise
    et là : http://www.munci.org/Informaticiens-bientot-tous-prestataires

Votre réponse
Postez un commentaire