Les régions veulent conserver leurs informaticiens