L'informaticien résiste mieux à la crise