L'informatique démunie face aux catastrophes naturelles