L'informatique n'est plus perçue comme le moteur de l'innovation