Microsoft cherche à amadouer l'UE