Oui à l'informatique, non aux automates

Entretien avec Martine Mêlé, proviseure