Premier recul historique pour Microsoft