Quand l'histoire informatique prend le risque de bégayer