Télécoms : un centre d'appel déporté