Trop de techniciens, trop peu de managers