Une facture de 350 000 euros, mais trois fois moins de serveurs à gérer

Trop de serveurs mono-applications nuisaient au bon fonctionnement de la société financière Cholet-Dupont. La virtualisation a permis d'en réduire le nombre de façon drastique.