Nouvelle épreuve pour la présidente brésilienne Dilma Roussef :son pays vient d'être dégradé par l'agence Standard And Poor's, confirmant les doutes sur les perspectives du pays et sur l'ensemble des pays emergents.
 

Avec 120 milliards de dollars au mois d’août, les pays émergents subissent les plus forts retraits de capitaux jamais observés. Dégradation économique continue, perspectives en berne… et mauvaise santé financière, au point que l’agence S&P dégrade le Brésil au rang de pays "à risque".

Votre opinion

Postez un commentaire