× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Jean Peyrelevade était ce matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin.
 

Jean Peyrelevade, vice-président du Modem, ancien président du Crédit Lyonnais, a évoqué la crise financière et ses conséquences sur l’économie réelle.

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • bogey91
    bogey91     

    Tout est malheureusement vrai et voilà une petite info complémentaire:
    Après les fortes hausses des matières premières, tant énergétiques qu'alimentaires, les prix à la consommation ont flambé (carburants, pâtes alimentaires, produits laitiers, etc...); les prix des matières premières ont depuis considérablement chuté (-35% pour le Pétrole en 3 mois, - 7% pour le Blé par rapport à Octobre 2007 (voir Le Monde daté du 10/10),
    l'indice moyen, énergie-agriculture-métaux est passé de plus de 1000 au printemps à 550 début Octobre.
    Avez-vous vu toutes ces baisses répercutées par la distribution et les industriels? non, les carburants ont dans le meilleur des cas baissé de 15 à 18% (-35% pour le pétrole!!), les produits alimentaires continuent à augmenter quoiqu'en disent les analystes et la grande distribution (voir le prix des pâtes par exemple). Où passent tous ces surplus de profits? attendez de voir les profits de Total en 2008, si seulement ils osent les annoncer dans le climat actuel!!!
    Alors oui, il est temps que la population prenne ses affaires en mains et empêche enfin tous ces profiteurs, si chers à Sarko,de continuer à nuire.

  • vudailleurs
    vudailleurs     

    D'accord avec vous sur la chute naturelle inéluctable du système. Le patchwork de ces économistes ne mènera qu'à d'autres crises semblables car le système n'est plus viable. Je recommande vivement au lecteur/auditeur ce petit cours sur l'argent et sur la formation du système actuel et de sa crise:

    *

    Quant au système de demain je le vois comme une institution mondiale :

    1) un réseau technique financier (partagé par les états du monde),

    2) une coalition d'organismes de crédit nationaux appliquant la régulation commune et prêtant l'argent. Il n'y a pas d'intérêts per se, ceux-ci sont remplacés par des frais (ou taxes) proportionnels contrepartie du coût de gestion du système. De l'argent n'est créé qu'en fonction des richesses crées.

    3) une institution indépendante constituée démocratiquement et responsable devant les élus du peuple (et non les gouvernements), une pour chaque nation, sorte d'ONU financière, qui pratique les contrôles et les interventions nécessaires sur le réseau 1) qui est complètement transparent à ces contrôleurs.

    Se greffant sur cette structure, un grand nombres d'entreprises de service qui, de même que le réseau et les crédits, récupèreront le personnel des banques actuelles démantelées.

    Il faut se mettre autour de la table sans les banksters, comme vous dites.

    [color=#840000]* Les redirections ne sont pas autorisées.
    Merci de votre compréhension
    Modération RMC[/color]

  • vudailleurs
    vudailleurs     

    JP a été nommé au CL pour le relever après le scandale, ce n'est donc pas lui qui l'a mis par terre. Ne confondez pas le pompier avec l'incendiaire. Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il dit, mais je n'accepterais pas que vous l'insultiez.

  • action4
    action4     

    Dommage je n'ai pas écouté l'émission. Je me suis réveillée en entendant sur RMC: cela fait 6 mois que l'on vous cache la vérité sur les banques et cela va durer encore 3 ans !Cela fait 30 ans que les Français en bavent, qu'on nous dit : il va falloir faire des sacrifices, on attends la croissance !!!!!!!!!!! Bla, bla, bla ...J'ai en plus acheté votre livre à 18 Eu Sarkozy : "l'erreur historique". De toutes façon, je le savais. J'aurais préféré DSK. Peut-être avait-il déjà postulé pour le FMI ! J'aurai 5,53 Eu d'augmentation sur ma retraite de la CRAM en octobre 08 ! Depuis toutes ces annnées les familles sont détruites par le chômage, le harcèlement moral dans les entreprises, le manque de pouvoir d'achat, les taxes en tout genre, les impôts qui augmentent. Combien de morts par suicide va-t-il encore falloir avoir pour ne pas être dirigés par des très riches qui "boursicotent", détruisent les classes moyennes qui doivent être de plus en plus "étranglées" et mal vivre pour donner à ceux qui en ont encore moins ?
    Combien de riches dans le monde va-t-il encore falloir "engraisser", pendant que d'autres meurent de faim dans les pays du tiers-monde et sur plusieurs continents ? Spéculer sur les denrées alimentaires comme le riz et le blé c'est une honte ! Quand allez-vous réguler ce système destructeur pour la planète ?

  • gaga93
    gaga93     

    Nos investisseurs et patrons de la finance ont du brouillard plein les yeux .Ils attendent d'y voir plus clair et que le ménage soit fait (crédits douteux = pertes à nationaliser) pour rebondir .

  • berny14
    berny14     

    il a foutu une banque par terre et il a encore droit à l'antenne!

  • mbdl
    mbdl     

    Le système actuel, nous le voyons, meurt de ses propres limites et de ses propres dysfonctionnements.
    Une faute serait encore de croire que ce système, vanté, par tous les économistes à sa solde va encore fonctionner parceque "on" a rien inventer de mieux !
    Imaginer votre banquier jouer au poker avec votre argent tous les jours au nom de faire des profits ! et qu'aujourd'hui il a tout perdu, nous sommes obligé collectivement de subvenir a leur maintien à tout prix.
    L'état, c'est à dire nous, pour garantir la continuité de ce système et que ces joueurs invétérés puissent continuer à JOUER va trouver des milliards qu'il n'a pas. Il va les trouver comment ? En empruntant à ces même voyous avec en plus un intérêt, qui va venir s'ajouter à notre beau record de la dette (1350 millards d'euro).

    Ne serait-il pas temps de se mettre autour d'une table, non plus avec ses même experts qui nous disaient que du bien de ce système, et de réfléchir à une refonte total de nos systèmes monétaires et financiers.

    Supprimer la création monétaire au banques privées et la rendre au état.
    Supprimer l'art 104 du traité de Maastricht qui interdit la BCE de prêter aux états.
    Déconnecter le système de bourse de l'économie des richesses.
    Privilégier une économie basée sur la création de richesse sur le travail et non sur le capital.
    Favoriser l'émergence de nouvelles monnaies basées sur les échanges (type SEL, Open money, monnaie affectée, ...) afin de relancer les économies au niveau locale, et redonner du pouvoir d'achat au couche les plus pauvres.
    Reconnecter l'argent à un valeur étalon.
    Rétablir les indices type M2 et M3.
    Expliquer la création monétaire dans les écoles etce qu'est l'argent.

    Bien à Vous
    Marc Boucher

Votre réponse
Postez un commentaire