3/7

48e - Xavier Huillard

La nomination de Xavier Huillard au poste de directeur général de Vinci en 2006, avait fait grand bruit. Ce dernier n'avait pas hésité à dénoncer dans une lettre de quatre pages les excès de la rémunération de son prédécesseur, Antoine Zacharias qui gagnait 4,3 millions d'euros par ans. "M.Zacharias abuse du groupe", écrivait-il. Xavier Huillard se contente de 3 millions (en 2015) alors qu'en l'espace de 10 ans, il a fait progresser le chiffre d'affaires et le cours de Bourse du groupe de 50%, le bénéfice de 60%.
Vinci met également en avant les progrès sociaux et environnementaux accomplis sous sa houlette : ses émissions de gaz sont passées de 71 tonnes équivalentes Co2 en 2009 à 59 tonnes l'an passé. La part des femmes managers dans le groupe est, elle, de 18%, contre 15% en 2010.

Kenzo Tribouillard - AFP

7 patrons français qui gagneraient à être plus connus