Laurent Berger
 

Le patron du syndicat réformiste n’est plus vraiment en odeur de sainteté à l’Élysée. Et fait face à une fronde interne qu’il tente de contenir par un discours plus véhément vis-à-vis du pouvoir.

Votre opinion

Postez un commentaire