Mis à jour le
Les pigeons, photo de profil du "Mouvement de défense des entrepreneurs français".
 

Des milliers d’entrepreneurs mécontent du projet de Budget 2013 se saisissent des réseaux sociaux pour dire leur colère. Participant à ce mouvement qui prend de l’ampleur ce 1er octobre, Olivier Bernasson, un entrepreneur de gauche, dit sa honte et son incompréhension.

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    Rien à ajouter. Tout est dit. Je renonce moi même à perdre mon temps de documents uniques en plan de ceci ou de celà. De statistiques bidon en prévisions d'embauche. De cautionnement sur les biens personnels en absence TOTALE de reconnaissance. Comme F. de Closet naguère, les "petits" patrons en arrivent à dire "E.P.M."("et puis merde!"). . Qu'ils se débrouillent sans moi. Je ne suis pas indispensable. Personne. Mais s'il y en a de plus en plus, là ce sera autre chose. Quand tous les monteurs de boîte seront démobilisés, ils auront l'air fin, les politicards, avec leurs affirmation hautaines et suintantes d'incompétence...

  • jps77
    jps77     

    c'est le monde politique avec des élus qui sortent de L'ENA !ils n'ont jamais travaillé dans la "vrai vie".
    "Etre maire d'une ville de 80000 habitants ,c'est être comme un P-DG m'a dit personnellement un ancien ministre de droite qui se dit libéral,et qui veut une droite décomplexée...
    alors pas la peine de chercher très loin nos handicaps ....

  • jacquesalexandre
    jacquesalexandre     

    Le jour où j’ai décidé d’arrêter d’entreprendre

    Après plus de 20 ans d’entrepreneuriat, la création de quatre sociétés et la participation à la création de quatre entreprises, aujourd’hui toutes encore actives, j’ai décidé en ce début d’automne 2012 d’arrêter d’entreprendre.
    Mon bilan d’entrepreneur n’est ni exceptionnel ni médiocre, j’oserais dire « normal ». Des réussites et des échecs… mais trois grands motifs de satisfaction :
    • J’ai directement contribué à la création de plusieurs dizaines d’emplois,
    • J’ai formé de très nombreux jeunes qui ont, depuis, connu des succès notables,
    • J’ai mis ma famille à l’abri de difficultés financières pour quelques années (mais pas pour toute la vie, suis-je ici obligé de préciser).
    Les récentes décisions gouvernementales, visant notamment à taxer les plus values de cessions d’entreprise à une hauteur qui peut dépasser les 60 % (impôts et contributions sociales comprises) m’ont très profondément choqué.
    Qualifiés de « justes » par nos gouvernants, ces décisions sont, au contraire, d’une injustice totale.
    • En taxant de la même manière l’entrepreneur qui cède sont entreprise (après des années d’efforts et parfois de sacrifices) et le spéculateur ou le boursicoteur qui ne fait qu’acheter et revendre du « papier » sans rien produire.
    • En taxant à un niveau jamais atteint une plus value générée par une activité économique qui alimente les finances publiques dès le premier jour de son existence (le premier courrier reçu par un entrepreneur vient du Trésor Public).
    • En permettant à l’Etat de prendre à la sortie la plus grosse part du gâteau en cas de succès, après avoir laissé l’entrepreneur prendre tous les risques.
    • En donnant un signal fort vers l’investissement non productif (assurance-vie, placement immobilier, art,…), désormais moins taxé que l’investissement entrepreneurial qui génère des emplois et de la richesse pour notre pays.
    Elles reviennent à tuer l’entrepreneuriat. Elles handicapent lourdement les PME et les ETI (dont notre pays est tant dépendant) qui se consolident en rachetant des petites entreprises à leur fondateur.
    C’est une faute politique et économique dont nous paierons le prix dès les deux ou trois années qui viennent. Les entrepreneurs entreprendront moins, iront entreprendre ailleurs ou n’entreprendront plus.
    Mais la faute est aussi morale.
    Notre exécutif ose évoquer le « patriotisme » des chefs d’entreprise pour justifier de tels choix, comme si ce patriotisme se mesurait selon les impôts et taxes payées par les citoyens.
    Je me sens autant patriote que tout citoyen français qui aime son pays, conscient de ses droits et de ses devoirs, qu’il habite en ville, en banlieue ou ailleurs. Qu’il ait vingt, quarante, soixante ou quatre-vingts ans. Qu’il gagne mille, deux mille ou dix mille euros par mois.
    Comme l’immense majorité des entrepreneurs - n’en déplaise à nos dirigeants - je n’ai aucun état d’âme à payer des impôts pour participer à la solidarité s’il s’agit d’aider nos concitoyens les plus en difficulté ou de financer les missions régaliennes ou d’utilité publique.
    Mais je n’accepte pas que le fruit de mon travail disparaisse dans les centaines d’organismes d’Etat qui sont hors de contrôle, dans les congés payés de nos fonctionnaires territoriaux ou dans des créations de postes sans utilité et garantis à vie.
    Je ne supporte pas qu’un gouvernement ose lever deux fois plus d’impôts qu’il ne fait d’économie, en cette période de crise aigüe, tout en me faisant la morale et en laissant penser qu’il est nécessaire de rappeler les entrepreneurs à leur devoir de patriotisme.
    Je ne comprends pas comment pouvoir encore « attendre » la croissance en pénalisant autant le développement et l’esprit d’entreprise.
    En ce mois de septembre 2012, on a éteint ma petite flamme entrepreneuriale. Cela n’intéresse sans doute pas grand monde, mais, très chère France, tu viens de perdre un entrepreneur….

    Paris le 30 septembre 2012

  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    Les entrepreneurs se sentent pris pour des "pigeons". . . . oui. . bon . . à coté de ça, pour les TPE, ça ne date pas d'aujourd'hui. . quand les TPE paient un IS à 30% alors que les grands groupes magouillent pour ramasser toutes les subventions et ne payer que 10 % d'IS. . . ça ne date pas d'aujourd'hui. . c'était bien avant Hollande . . . :))

  • sarah040000
    sarah040000     

    ce gouvern emen t ne comprend rien aux entreprises et à ceux qui investissent, combien d'entreprises sont soutenues par des investisseurs privés..croyez vous que ces personnes vont conyinuer..;et qui va créer des emplois... ce gouvernement des fonctionnaires a un bandeau sur les yeux ...seuls sont les fonctionnaires à leurs yeux ...du grand n'importe quoi et voilà comment nous arriverons comme les espagnols, les italiens ou la grèce .... seules les entreprises petites moyennes ou grandes sont capables de donner de l'emploi alors cette Gauche ..;elle ne sait que donner chaque jour des impots et des taxes en plus..mais l'investissement pour les emplois...pour elle ce sont les fonctionnaires nous voilà bientot comme en Russie ou la Corée du Nord.;ce sont des incompétents incapables juste capables à se servir ... à dilapider notre argent ..et après !!!!!!! ce gouvernement n'est pas à la hauteur des enjeux de notre pays..nous devons au contraire faire tout pour que les entreprises retrouvent le chemin de la croissance et de l'emploi sans cela nous allons dans le mur ......et ce n'est pas en les taxant ou les stigmatisant que nous irons mieux ........les socialistes sont des rigolos incompétents... budget 2013 à contre sens.....!!!!! DEHORS

  • erwan75
    erwan75     

    affligeant !

  • claranne
    claranne     

    ben quoi ? la gauche n'aime pas les riches, même ceux de gauche qui pensaient passer au travers !! ils préfèrent donner à ceux qui ne risquent rien mais profitent ... on dit merci Flanby...

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    si on "tue" les petites entreprises, on est mort !!!

Votre réponse
Postez un commentaire