× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
François Rebsamen compte tenter une expérimentation en suspendant ces seuils.
 

Le ministre du Travail a, ce mercredi 28 mai, affirmé aux médias du groupe EBRA, qu'il était prêt à "suspendre pendant trois ans" les seuils à partir desquels les entreprises sont contraintes d'avoir des délégués du personnel ou un comité d'entreprise. Leur suppression n'est toutefois pas à l'ordre du jour.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • HERRIN
    HERRIN     

    Un impôt à 1 euros , cela me semble raisonnable ne pensez vous pas ? La démocratie a un prix , si vous n'êtes pas d'accord alors dites nous quel régime vous souhaitez, car même dans les pays les plus libéraux c'est le cas

  • felicie
    felicie     

    Et donc un impôt-syndicat en plus qui grèverait le revenu du salarié, même à corps défendant ? Mais que les syndicats se débrouillent tout seuls pour récolter des adhérents et les fonds qui vont avec ! Et sans subvention sur les impôts de tout le monde ! Et sans subvention patronale ! Ce devrait être pareil pour les politiques, d'ailleurs.

  • felicie
    felicie     

    Le pb est qu'en France, contrairement à beaucoup de pays étrangers, dès qu'on veut se monter on comprend qu'on est comme un lapin à découvert le jour de l'ouverture de la chasse ! Et par la suite ça se confirme et s'aggrave d'année en année !

  • panorama
    panorama     

    pour une fois bonne décision Mr le ministre enfin ce gouvernement revient sur terre

  • HERRIN
    HERRIN     

    Maintenant , les ordonnances pourraient aussi s'appliquer au domaine syndical , il est vrai que faire sauter les seuils obligeraient les syndicats à réformer leur organisation , moins de représentants = moins de cotisations , il faudrait alors peut être prendre deux mesures l'une comme certains pas rendre obligatoire l'adhésion à un syndicat avec une cotisation symbolique ( 1 ou 2 euros ) qui multipliée par le nombre de travailleurs pourraient compenser et peut être aussi alléger voire supprimer les subventions de l'état , et d'autre part rendre obligatoire le vote aux élections professionnels, on résoudrait ainsi la représentation des syndicats .

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    il faut les modifier à la hausse et non pas les suspendre, ça n'a aucun sens pour les entreprises ...

  • HERRIN
    HERRIN     

    Mais sortez de chez vous , vous croyez qu'à l'étranger la fiscalité l'environnement économique législatif n'ont pas bougé , ça c'est bien français , le regard sur son nombril .
    Je ne reprocherai jamais à quelqu'un d'expérimenter , c'est d'ailleurs ce manque qui nous sclérose, assis sur nos certitudes.

  • elminster
    elminster     

    A l'étranger évidemment que non, ils n'ont pas les lois et code du travail français sur le dos sans compter sur ce gvt girouette qui change tout tout le temps...

  • HERRIN
    HERRIN     

    Vous me gavez avec ce discours consistant à dire qu'un chef d'entreprise a besoin de voir clair avant d'investir. Si j'avais tenu ce discours lorsque j'ai débuté , je serai resté au lit. Vous croyez que ceux qui vont s'installer à l'étranger tiennent ce discours frileux ?

  • elminster
    elminster     

    Expérimentation, donc dans 3 ans se sera la roulette russe pour savoir si retour en arrière ou évolution. Désolé mais un chef d'entreprise a besoin de voir clair avant d'investir, pas de se transformer en cobaye pour faire plaisir aux politiques qui cherchent à gagner des électeurs.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire