Parisot:" il ne faut pas changer une ligne à l'accord sur l'emploi sans l'accord des signataires"

Mis à jour le
Laurence Parisot, la présidente sortante du Medef
 

Invitée, ce mardi 26 mars, de Good Morning Business, la présidente du Medef a rappelé le rôle joué par son organisation dans l'accord sur la sécurisation de l'emploi examiné à l'Assemblée. Elle a mis une nouvelle fois en garde les parlementaires contre des modifications de l'accord.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • EQUINOXE
    EQUINOXE     

    Bonjour,
    Auditrice fidèle de votre matinale et dirigeante de mon cabinet d'assurance depuis 2010 (suite à un plan social à 47 ans), je suis très intéressée par la flexi-sécurité qui me convaincrait (?) de recruter mon 1er salarié...

    Je voudrais réagir non à l'obligation de mutuelle faite aux TPE/PME (un bon principe), mais aux conditions en distorsion de concurrence entourant ce principe.
    En effet, les TPE doivent pouvoir choisir librement leur fournisseur malgré la pression exercée par les IP (Institutions de Prévoyance telles que AG2R ou Malakoff) qui souhaitent imposer leurs offres aux entreprises mettant en place un régime collectif de santé (clause de désignation dans la convention collective), ou pire, imposer également leurs offres aux entreprises ayant déjà un régime en place (clauses de migration), même lorsque ces régimes présentent de MOINS bonnes garanties à un coût SUPERIEUR !
    L'enjeu est social (6,5 millions de salariés bénéficient d'une mutuelle via leur entreprise), politique (financement des syndicats patronaux et de salariés via ces contrats d'IP trop chers et de piètre qualité), économique (30.000 emplois en jeu chez les assureurs privés).
    cordialement,
    Isabelle Chevrier
    EQUINOXE COURTAGE
    isabelle.chevrier@equinoxe-courtage.com

Votre réponse
Postez un commentaire