Pierre Gattaz a jugé que l'exécutif devait "respecter la parole donnée", rappelant que le précédent gouvernement avait augmenté le taux du CICE de 6 à 7% en 2017 contre le maintien de la dernière tranche de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), qui devait initialement être supprimée.
 

Le président du Medef a fustigé la baisse d'un point du taux du Crédit d'impôt compétitivité emploi annoncée la veille par le gouvernement. Pierre Gattaz demande à l'exécutif de "revoir sa copie".

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire