En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les dommages et intérêts deraient bientôt être plafonnés aux Prud'hommes.
 

Dans le cadre de la réforme du Code du travail, l’exécutif souhaite encadrer les dommages et intérêts en cas de licenciement abusif. Explications.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    C'est l'exemple type de ce que peut envisager et cacher le "choix des ordonnances pour gouverner et faciliter le dialogue social en entreprises et par rapport à toute institution liée de près ou de loin à la Loi Travail"... Que l'équipe présidentielle par son gouvernement promette d'accélérer les procédures des dossiers déposés aux Prud'hommes en rendant plus rapide les décisions judiciaires une fois les éléments requis pour statuer ne garantit pas en retour que ces dossiers y parviendront puisqu'ils risquent de ne plus pouvoir y aller si le Comité d'entreprise ou le Conseil d'Administration a tout bouclé en liquidant le dossier dans des aisances de licenciement, des motifs qui pourraient conduire à jurisprudence qui ne pourraient plus être retenus ?

  • SOCIO
    SOCIO     

    Pour "redonner confiance aux employeurs et aux investisseurs, notamment dans les TPE et les PME", il vaut mieux d'abord commencer par baisser les charges et rendre la gestion d'une entreprise moins compliquée. Si les entreprises de petites taille en difficulté doivent pouvoir effectivement se séparer, malheureusement, de certains salariés, cela doit passer par une révision du licenciement économique et cela doit être revu du point de vue de l'employeur mais aussi mieux protéger le salarié.
    La mesure préparée par le gouvernement est honteuse. J'ai voté Macron et je commence à le regretter. Entre ça et la façon de traiter le général de Villiers ça commence à faire beaucoup pour moi. Le gouvernement prépare en fait la possibilité offerte aux entreprises de licencier sans cause réelle et sérieuse et ce sans qu'aucun risque ne pèse sur l'entreprise pour qu'elle le fasse. Donc pourquoi se priver ? ...
    N'existait-il pas la rupture conventionnelle pour pouvoir se séparer d'un salarié en négociant et sans devoir passer par un licenciement ?
    Macron et le gouvernement semblent oublier qu'un licenciement, surtout abusif, est toujours très difficile à vivre, que l'on soit cadre moyen, employé, ouvrier ou cadre sup.. Les indemnités perçues en cas de licenciement abusif ne seront jamais à la hauteur du préjudice humain vécu dans la réalité. Un licenciement ABUSIF est par définition injuste. Une entreprise qui licencie abusivement doit payer le prix de cet acte injuste.

Votre réponse
Postez un commentaire