× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Les ministre de l'Economie et du Budget, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve, sont conscients du risque de réformer le statut des auto-entrepreneurs.
 

L'Union des autoentrepreneurs a proposé ce 31 mai l'intervention d'un médiateur pour résoudre les désaccords autour du projet de réforme de leur statut. Le gouvernement, lui, tente d'apaiser les esprits en évoquant une réforme à minima.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • LP67000
    LP67000     

    C'est triste le niveau d'infos de ce gouvernement, le connaissant bien pour avoir conseillé des centaines de candidat je le constate tous les jours.... Le gouvernement qui a déjà passé une augmentation de cotisations pour les AE en janvier sait il qu'actuellement un AE paie plus de cotisation qu'un gérant de SARL? Qu'une bonne partie des AE le sont pour toucher les aides de Pole Emploi ou simplement bénéficier du RSI à 70% ceci sans aucun CA et donc sans aucunes cotisations payées???
    Triste France

  • Max 85
    Max 85     

    Les économistes s'accordent à dire que c'est une connerie de remettre en cause ce statut,donc le gouvernement va le faire quand même ....Puisque les économistes n’arrêtent pas de dire qu'il faut réduire drastiquement les dépenses et l'état les augmentent plutôt...CQFD

  • Cloohde
    Cloohde     

    Le principal problème est que auto entrepreneur n'est pas un statut mais un régime. Le statut est entrepreneur individuel, avec l'engagement de son patrimoine personnel complet en garantie de son entreprise. La "transformation" en SARL ou EURL par la suite est extrêmement onéreuse. Ce régime n'a jamais été le premier pas vers la création d'une entreprise mais la possibilité de régularisé un travail complémentaire exercé au noir la plupart du temps. Je pense que les créateurs d'entreprise feraient mieux de consulter un expert comptable ( très souvent la première consultation est gratuite ) avant de se lance, même à l'essais, plutôt que de choisir ce régime qui n.est absolument pas favorable, en dehors de la facilité de création. La vraie solution pour relancer est création d'entreprise est une réelle simplification de la création d'une SARL, ou d'une EIRL. Cela évitera les situation catastrophique que nous, conseils des entreprises, trouvons quelques années plus tard.

  • Lucas Auguste
    Lucas Auguste     

    Madame Pinel,

    Vous désirez peut-être sortir du carcan des ministres inconnus de la population en essayant de frapper un grand coup. Etes-vous consciente que vous allez exploser le nombre déjà considérable des chômeurs et inciter encore plus le travail au noir ?

  • FB autoentrepreneur
    FB autoentrepreneur     

    Depuis 3 mois, je suis ancien chômeur et auto-entrepreneur (encore bénéficiaire de l'allocation chômage) et et aujourd'hui je suis en train de confirmer mon passage de travailleur salarié-chômeur au statut de travailleur indépendant, au vu de mes premiers résultats de chiffre d'affaires. Mes premiers clients sont ravis de mon travail et me rappellent pour de nouvelles commandes. Si tout continue dans ce sens, je sortirai rapidement du dispositif d'allocation chômage.
    Sans ce statut idéal pour se lancer et se tester, peut être que jamais je n'aurai franchi le cap de l'entrepreneuriat. Aujourd'hui, je me sens utile et bien dans mes baskets, mon épouse en témoigne. Je suis en passe de ne plus être une charge pour la société et de retrouver un avenir dans mon secteur d'activité, dans lequel il n'existe que peu d'emplois salariés en province.

    Je ne suis peut être pas représentatif de tous les auto-entrepreneurs mais je pense l'être pour ce que ce statut peut amener comme nouvelles opportunités.

    SVP, ne touchez pas à ce statut, il fonctionne bien.
    Je le dis plus pour les autres à qui il sera utile que pour moi qui envisage de créer d'ici 1 ou 2 ans une EURL ou une SARL. Certains ont besoin de plus de temps, peut être moi-même en aurais-je besoin, d'autres utilisent tout simplement ce statut pour augmenter le pouvoir d'achat (et être moins dépendant en cas de perte d'emploi). Quoi qu'il en soit, au nom de la lutte contre le chômage et de la liberté d'entreprendre, ne touchez pas SVP à la durée de ce statut et à son dispositif d'ensemble.

    FB

Votre réponse
Postez un commentaire