Martin Bouygues en 2002 avec le patron de l'opérateur mobile japonais NTT DoCoMo
 

Avant l'arrivée de Free, la filiale de Bouygues défendait des positions diamétralement opposées à celles d'aujourd'hui: elle défendait ardemment la concurrence, la parant de toutes les vertus. Flash back.

Votre opinion

Postez un commentaire