Vivarte
 

Selon l'Autorité de la concurrence, la vente de Bessons Chaussures à un fonds français détenu notamment par le groupe Philippe Ginestet (Gifi, Tati) ne porte pas atteinte à la concurrence.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire