Fusion EADS/BAE: l'Allemagne prête à monter au capital d'EADS pour défendre ses intérêts

Mis à jour le
L'Allemagne passerait à 15% dans le capital d'EADS, via la banque publique KFW
 

Soucieuse de maintenir l’équilibre des forces entre Français et Allemands au sein d’EADS, Berlin aurait définitivement décidé de racheter la moitié des parts de Daimler, pour monter à 15% du capital. Outre-Rhin, on se résoudrait donc à réduire le poids du privé dans la défense des intérêts allemands.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire