Jean-Bernard Lévy avait été mis au courant quelques heures avant le vote du conseil d'administration.
 

Jean-Bernard Lévy a indiqué, dans un courriel adressé au membre du comité exécutif du groupe, que son entreprise avait appris que Londres souhaitait se donner "un peu plus de temps", juste avant que le conseil d'administration se prononce sur ce projet nucléaire controversé.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire