Wiko passe sous pavillon chinois
 

Son actionnaire chinois, le constructeur Tinno, qui contrôlait 95% du capital a acquis l'intégralité des parts que détenaient encore les fondateurs.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire