L’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne a émis un avis selon lequel la semelle rouge des chaussures Louboutin ne pouvait être considérée comme une marque déposée protégée.
 

Le célèbre chausseur français est-il dans son bon droit en dénonçant la contrefaçon de chaussures concurrentes à talon haut et semelle rouge? Le procureur de la Cour de justice de l'UE, dont l'avis est généralement suivi, estime que non. 

Votre opinion

Postez un commentaire