Henri Poupart-Lafarge, le PDG d'Alstom, est dans le collimateur de Bercy.
 

Au lendemain des annonces du groupe français, qui va supprimer quelque 400 postes sur son site de Belfort, son PDG a été convoqué pour s'en expliquer.

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Pro
    Pro     

    Convoquer Alstom ou Clara Gaymard ,l'ex présidente de General Electric qui avait promis qu'il n'y aurait aucun licenciement après la fusion?Depuis 2012 en France, seulement des mauvaises nouvelles de fermetures et de plan sociaux d'entreprises de toutes tailles mais en Allemagne et en Pologne, seulement de bonnes nouvelles d'ouvertures et de recrutement.

Votre réponse
Postez un commentaire