× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Les banques françaises dans la tourmente
 

par Matthieu Protard PARIS (Reuters) - Les banques françaises, prises dans la tourmente de la crise de la dette en zone euro, tentent désespérément...

Votre opinion

Postez un commentaire

18 opinions
  • BLemaire
    BLemaire     

    cher antidemago, vous avez tout à fait raison d'écrire:
    "des super-diplômés qui passent leur vie à se planter, il y en a plein les ministères"
    Cela ne veut pas dire qu'ils ont toujours tort.
    Ce que je vous demande, c'est de lire mes billets, et ceux d'autres économistes, par exemple sur le blog "monnaiepublique" ou sur "contrefeux", et de juger avec votre bon sens. La France court au désastre, la question est donc : peut-on s'en sortir, et comment?
    Bien cordialement, Bruno Lemaire (pas le ministre, l'autre ...)

  • antidémago
    antidémago     

    Et que n'aurait-on pu faire avec les 170 milliards que nous ont coûté les 35 heures depuis leur mise en oeuvre !!! Si on paie 45 milliards d'intérêts à nos créanciers soit disant rapaces, c'est parce que depuis 35 ans l'Etat, qu'il soit de gauche ou de droite, vit au-dessus de ses moyens pour materner un peuple français qui vit d'illusions et qui réclame toujours plus. Il ne faut pas chercher des boucs émissaires ailleurs. Nous sommes responsables de la situation que nous avons nous-mêmes créée.

  • antidémago
    antidémago     

    De Concorde au Crédit Lyonnais en passant par Bull, et tant d'autres choses, l'Etat-stratège n'a généré que des gouffres. Il est déjà incapable de gérer sainement les finances publiques, qui sont sa principale prérogative. Alors ne lui demandons pas d'avoir une stratégie industrielle pour assurer l'avenir du pays. Quant au pédigrée de Bruno Lemaire, il ne constitue en rien un gage d'efficacité économique. Je n'ai rien contre lui, mais des super-diplômés qui passent leur vie à se planter, il y en a plein les ministères. Que l'Etat veuille prendre des mesures pour lutter contre le totalitarisme financier qui asphyxie l'économie réelle, tout à fait d'accord. Mais laissons l'activité productive aux vrais stratèges que sont les chefs d'entreprises, ceux qui créent de la richesse, et pas à des hauts fonctionnaires interventionnistes et colbertistes

  • LBH
    LBH     

    Aprés nous avoir fait payer leurs errances, aprés avoir oublié leur fonction première à savoir faire tourner l'économie,aprés avoir assommé les petits épargnants à grands coups de prélevement pour le moindre service que vont ils encore inventer pour nous faire cracher au bassinet?Je plains sincèrement les salariés de ces racketteurs car je crois qu'ils feront partie des nouveaux paramètres d'ajustement de ce milieu sans foi ni loi.

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    En filigranne c'est tout le rôle dévolu à l'Europe qui doit être reconsidéré... et combien y a t-il d'Europe? On a fait l'Europe pour mettre fin aux conflits armés, mais quel rôle fait-on jouer actuellementn à l'Europe? La monnaie unique devat déboucher assez vite sur une gouvernace commune... On en est loin et le financier dans ce qu'il a de plus pervers défie le politique dans ce qu'il devrait avoir de plus noble

  • trismus37
    trismus37     

    Faux ! Les banques doivent être au service de l'état stratège. (Lire : Pour un libéralisme "encadré": du rôle de l'État dans une société moderne du professeur Bruno Lemaire, docteur en mathématiques, docteur ès Sciences économiques et diplômé d’Harvard. Professeur émérite de Management à HEC, après en avoir été doyen associé, il a été le responsable Recherche et Développement d’IBM-Conseil.

  • 4 Août
    4 Août     

    C'est dommage de filer 45 milliards d'intérêts aux banques tous les ans. Avec 45 milliards, on aurait pu acheter... BNP Paribas, et il y aurait eu 15 milliards de rab ! Quel plaisir s'aurait été alors de "dégraisser le rapace" !

  • 4 Août
    4 Août     

    Si les Etats pouvaient prendre directement de l'argent à la BCE, au lieu de passer obligatoirement par les banques privées (et par les intérêts qui vont avec), elles n'auraient pas besoin de "chercher des liquidités". Tout cela est un triste cinéma qui fait parti du coup d'Etat des financiers sur les Etats souverains.

  • antidémago
    antidémago     

    NON ! Les banques doivent être au service de l'économie, de la création d'entreprises, du financement des investissements, de l'apport de trésorerie pour les entreprises lorsqu'elles en ont besoin pour se développer, du financement des projets sérieux pour les particuliers, et notamment immobiliers. Mais en aucun cas, les banques ne doivent être au service de l'Etat. Et si les Etats éprouvent le besoin d'emprunter aux banques, ce doit être pour des dépenses d'investissement et d'infrastructures, pas pour financer les dépenses courantes comme les salaires ou les cocktails. Est-ce qu'un particulier emprunte aux banques pour acheter son steack et ses patates ?

  • trismus37
    trismus37     

    Les banques doivent être au service de l'état et non comme aujourd'hui, l'état au service des banques.

Lire la suite des opinions (18)

Votre réponse
Postez un commentaire