Mis à jour le
L'Etat français détiendra, au terme de l'opération, 11% des droits de vote au sein d'Airbus Group.
 

Pierre Moscovici a annoncé ce 16 janvier la clôture de l'opération de cession d'environ 1% du capital d'Airbus Group (ex-EADS), pour 451 millions d'euros. L'Etat ramène ainsi sa participation à 11% des droits de vote, à parité avec l'Allemagne.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • robindesbois80
    robindesbois80     

    Michel Zen OK. Lorsque l'on veyt tuer son chien on dit qu'il a la rage., Lorsque la droite
    a cédé les autoroutes c'était pour alléger la dette, a chaque cession c'est pour la bonne
    cause, mais je m'aperçois que nous bradons nos bijoux de famille

  • Michel Zim
    Michel Zim     

    Lentement mais sûrement les (4) états se délaisseront de cette compagnie et un jour Boeing et Airbus fusionneront...oui...je sais... j'ai au moins 10 à 15 ans d'avance sur les spécialistes.

  • anga
    anga     

    ce 1 % avait peut-être une certaine importance pour les décisions prises dans le groupe ? je n'en sais rien, mais vu le nombre d'avions en commande ça n'était pas la meilleure chose à faire ! après on admire les allemands qui s'en sortent mieux que les Français, évidemment on vend ce qui marche trés bien !!!

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    On vends une partie des bijoux de famille pour financer notre défense, car nos mastodontes (administration, Etat providence) ont déjà tout mangé nos prélèvements records.

  • HERRIN
    HERRIN     

    Il est vrai que la concomitance des 2 évènements est fâcheuse , d'ici à ce qu'on rénove le marché de Corbeil Essonne...................

  • CATON L ANCIEN
    CATON L ANCIEN     

    En d'autres termes, on vend se sépare d'une partie du capital d'Airbus pour financer Dassault à fonds perdus ?

Votre réponse
Postez un commentaire