× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Libération sera fixé sur son sort mi-avril.
 

Le coactionnaire du quotidien a apporté, ce vendredi 4 avril, cette somme qui a été placée sous séquestre chez le conciliateur du tribunal de commerce. Son plan de recapitalisation prévoit 18 millions d'euros.

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • BenVoyons
    BenVoyons     

    s'il a du pognon à fiche en l'air, pourquoi pas. ça le regarde, après tout...

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Encore une picouse pour garder en vie notre Pravda Française.

  • jlnounours
    jlnounours     

    ciel, encore un PAUVRE socialiste, et françois qui n'aime pas les riches, çàà fait tache

  • Lolo Takati
    Lolo Takati     

    regardez sur le site de la cours des compte , ccomptes.fr et vous allez rire quand vous allez voir les subventions pour la presse ou le cinema. c est juste une honte

  • jpdu38300
    jpdu38300     

    Tout est sur le net. A quoi bon acheter des journaux ?

  • hubert bonisseur de la bath
    hubert bonisseur de la bath     

    ça fera des arbre abattus en moins

  • hubert bonisseur de la bath
    hubert bonisseur de la bath     

    Qu'on arrête de renflouer ce torchon qui ne fait pas du journalisme mais de la propagande politique d 'gauche !
    qu'il coule ça fer

  • BenVoyons
    BenVoyons     

    sans compter les subventions de l'état à flot continu...

  • pamplune
    pamplune     

    c'est curieux que ce journal tellement opposé au capitalisme et lu par toute une kyrielle de bobos intellos de gauche favorisés ne trouve pas autre chose comme moyen de subsistance que les capitaux des riches familles, des banques, et autres actionnaires d'un système qu'ils passent leur temps à conspuer. toute l'hypocrisie d'un système...édifiant !

  • Bernard Cuny
    Bernard Cuny     

    Hé oui..."Apparemment" la famille banquière usurière Rothschild ne suffit pas au renflouement de ce torchon médiatique écrit...Les citoyens adultes, co-souverains du pays, vont être sommés par le régime, aux moyens du fisc, "de mettre la main à la pâte", comme pour les "Monde", "Figaro", Nouvel-Obs" et autres...

Votre réponse
Postez un commentaire