Avec le cloud privé, les DSI maîtrisent eux-mêmes la sécurité de bout en bout et le fait d’avoir des serveurs physiquement présents dans leurs locaux les rassure.
 

Cette frilosité face au cloud public, dont la gestion est complètement externalisée, s’explique notamment par deux craintes : une baisse du nombre d’administrateurs réseaux et une moindre sécurité des données.

Votre opinion

Postez un commentaire