Ces salariés qui s'opposent à la vente aux Chinois de l'aéroport de Toulouse 

Mis à jour le
L'ouverture partielle du capital de l'aéroport de Toulouse Blagnac doit servir de test pour faire de même à Lyon, Nice, bordeaux...
 

L'Etat a entamé un processus de privatisation partiel qui doit permettre au consortium chinois Symbiose de prendre 49,9% du capital. Mais la méthode est jugée trop opaque par le comité d'entreprise qui a voté contre la vente.

Votre opinion

Postez un commentaire