Thales fournit les équipements et les systèmes – y compris l’avionique – qui globalement représentent environ le tiers de la valeur du Rafale. L'industriel bénéficie donc largement des retombées des contrats signés en Égypte et au Qatar.
 

En 2015, Thales a dépassé tous ses objectifs financiers. Le groupe a signé 5 contrats de plus de 500 millions d'euros chacun dont celui du métro de Londres et peut aussi compter sur les retombées des commandes de Rafale en Égypte et au Qatar.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire