En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Emmanuel Macron veut réduire la dépense publique
 

Le leader d'En Marche! compte ramener à 53,5% du PIB le niveau de la dépense publique, assurent les Échos de ce jeudi. Emmanuel Macron prévoirait de réduire la masse salariale des agents de l'État ainsi que l'enveloppe de la dotation globale aux collectivités locales.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • jean ROBERT
    jean ROBERT     

    Les médias influencent l’opinion

    la puissance médiatique est devenue redoutable. Les citoyens,peu informés des enjeux réels d’une orientation politique, écoutent les discours. Leur choix sera déterminé davantage par une impression que par la réflexion. Je viens de lire ce sujet sur " les échos" Les commentaires n’étant plus possibles sur leur site je vous le fait parvenir.

    Le cas de l’élection présidentielle:
    C’est la principale consultation dans notre pays. Elle débute un nouveau cycle de notre vie politique avec un personnage qui représentera la France au yeux du monde. Il sera l’axe central des rouages de la mécanique de gouvernement . Il est donc nécessaire de parvenir à élire un parlement avec une majorité de la couleur présidentielle. Dans cette majorité le président devra trouver son premier ministre .

    Le rôle des médias
    Il semble que ces règles ne sont pas admises par tous .Nos concitoyens votent à chaque consultation sans tenir compte de la logique. Les députés que nous envoyons à l’assemblée, sont choisis en fonction des idées qu’ils ont exposées pendant la campagne électorale. Nous devrions penser davantage à l’élection d’une majorité pro-présidentielle. Il est évident que nous devons constituer une assemblée pouvant infléchir les idées du chef de l’état. Cependant, cette assemblée ne doit être hostile au point de gripper le mécanisme gouvernemental. C’est la difficulté de la démocratie. Infléchir n’est pas casser. S’il est souhaitable de voir se constituer des groupes d’opposition, cette opposition ne doit pas manipuler l’opinion publique pour renverser le pouvoir. Les changements importants doivent intervenir par des élections. La presse a le devoir d’expliquer ces mécanismes fondamentaux que les électeurs semblent oublier un peu vite.

    Une autre mission :
    il y a des notions simples que certains organes de presse devraient préciser. Cela concerne la situation économique de la France. La presse devrait donner quelques exemples des dépenses de l’état financées par nos impôts . Il serait bon que nous sachions comment ces sommes énormes sont utilisées. Que coûte la police, l’armée et le matériel.les chambres des députés des sénateurs ? Nous critiquons le poids de la dépense publique, mais que savons-nous ? Les médias nous renseignent si peu que nous ne savons pas hiérarchiser les dépenses. Il est également important pour les journalistes de connaître le ressenti du lecteur. C’est pourquoi une tribune de libre expression a un rôle très important. Habituellement, ce journal laisse une place importante à ceux qui souhaitent s’exprimer. L’absence de cet espace de liberté manque en ce moment. Les habitués interprètent la soudaine disparition des commentaires d’articles comme une atteinte au respect du lecteur. Le silence qui persiste est perçu comme un signe de mépris. Ceci montre la grandeur de la mission du journaliste. Nous avons besoin d’un lien avec un organe de presse qui marque ainsi son objectivité. C’est rare donc précieux. Nous retrouverons sans doute plus tard je pense ce lien indispensable.

    Nous ne sommes pas seuls au monde :
    Nous sommes ici dans un journal traitant surtout d’économie. Le lecteur recherche des informations sur les orientations de politique économique de nos candidats. Nous avons besoin de comprendre le monde. De ce fait, l’environnement mondial est aussi important que le climat national. Ce qui se passe aux USA comme en Europe, au Moyen Orient nous regarde . Une vue générale sur les problèmes extérieurs est aussi nécessaire. Comprendre les choix de nos dirigeants politiques implique une connaissance du contexte international. Aux journalistes d’informer correctement...

Votre réponse
Postez un commentaire