Suspectée d’avoir simulé son agression, une syndicaliste d’Areva devant les juges

D'obscurs contrats passés entre Areva et la Chine sont au coeur de ce procès.
 

Maureen Kearney dit avoir été agressée et violée à son domicile fin 2012. La justice l’accuse d’avoir inventé son histoire et de s’être elle-même mutilée. À l’époque, elle militait contre la direction d’Areva qui négociait un gros contrat avec la Chine. Son procès a lieu ce lundi au tribunal de Versailles.

Votre opinion

Postez un commentaire