× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
En partenariat avec Agro-media.fr

Fromagerie BEL : Un résultat financier négatif en 2017

Les Fromageries Bel, l’un des leaders mondiaux du secteur des fromages de marque et acteur majeur sur le segment du snacking sain, a publié ses informations financières annuelles concernant les résultats 2017. Malgré une baisse de 15,6% du résultat net dans un contexte de nouvelle flambée des prix des matières premières laitières, le chiffre d’affaires se maintient en hausse de 14% principalement liée à l’acquisition du Groupe MOM (Mont-Blanc Materne).

Un fort soutien des marques par des investissements promotionnels et publicitaires importants

L’entrée dans le périmètre du Groupe Mont-Blanc Materne (MOM) en 2017 représente 13,8% de la croissance du chiffre d’affaires, et les effets négatifs du change -2,1%. Ainsi, la croissance organique du chiffre d’affaires du Groupe s’établit à + 2,3% pour l’ensemble de l’exercice. L’activité du Groupe a été pénalisée en particulier dans les pays de la zone Moyen-Orient-Grande Afrique, durablement touchée par l’instabilité politique et économique, et par la baisse du pouvoir d’achat des populations. En Europe et au Moyen-Orient-Grande Afrique, les hausses de tarif ont été modérées et n’ont pas permis de compenser la forte augmentation des prix des matières premières laitières. Le Groupe a néanmoins décidé de maintenir un fort soutien de ses marques par des investissements promotionnels et publicitaires importants, pour accroître ses parts de marché et développer ses nouvelles géographies.

Refinancer une partie de la dette existante

Le résultat opérationnel de l’année est également impacté par des effets de change négatifs significatifs, et s’affiche en retrait de 27,9% par rapport à l’exercice précédent. Le Groupe enregistre un produit d’impôt net de + 8 millions d’euros au titre de l’exercice 2017, contre une charge de 83 millions d’euros en 2016. Le Groupe a en effet enregistré en 2017 les effets positifs attendus dans les années futures des baisses de taux d’impôts dans divers pays où il opère, en France et aux Etats-Unis en particulier. Le résultat net part du Groupe de l’exercice 2017 s’élève à 180 millions d’euros, contre 213 millions d’euros en 2016, en baisse de 15,6%. Le 18 avril 2017, le Groupe a finalisé un placement obligataire de 500 millions d’euros assorti d’un coupon de 1,50 % et venant à échéance en avril 2024. Le produit de cette émission a vocation à couvrir les besoins généraux de Fromageries Bel et potentiellement refinancer une partie de la dette existante ; il lui permet d’allonger la maturité moyenne de ses financements et de poursuivre la diversification de ses sources de financement.

Le résultat financier 2017 s’établit à - 37 millions d’euros

Le résultat net part du Groupe de l’exercice 2017 s’élève à 180 millions d’euros, contre 213 millions d’euros en 2016, en baisse de 15,6%.

Par ailleurs, le 21 décembre 2017, le Groupe a conclu un avenant qui prévoit l’extension de la maturité de sa convention de crédit renouvelable multidevises de 520 millions d’euros et a fait le choix, à cette occasion, d’y intégrer des critères à impact environnemental et social. Le Groupe bénéficie au 31 décembre 2017 de deux lignes de crédit non tirées pour un total de 820 millions d’euros. La structure financière du Groupe reste solide : les capitaux propres totaux s’établissent à 1 714 millions d’euros au 31 décembre 2017 contre 1 667 millions au 31 décembre 2016, et la dette financière nette s’inscrit à 632 millions d’euros en fin de période. Le résultat financier 2017 s’établit à - 37 millions d’euros, et reflète à la fois l’augmentation du coût de l’endettement financier net résultant de l’acquisition du Groupe MOM en décembre 2016, et un effet de change négatif en 2017 contre un effet positif en 2016.

Perspectives 2018

En 2018, l’incertitude reste forte dans certaines régions où le Groupe détient des positions importantes, comme au Proche et Moyen-Orient ; la situation économique dans les zones de conflit reste très difficile, et n’offre pas de visibilité au cours des prochains mois. Sur ses marchés matures et notamment en Europe, l’année 2018 débute avec des négociations commerciales à nouveau tendues, avec une revalorisation tarifaire insuffisante pour couvrir notre investissement dans la revalorisation de la filière laitière, et ce malgré les engagements pris dans la droite ligne des Etats Généraux de l’Alimentation qui se sont tenus au second semestre de 2017 en France. En effet, Bel a signé un accord inédit avec ses principaux producteurs français visant à leur offrir des perspectives et une visibilité contractuelle de plus long terme, ainsi qu’une revalorisation significative des productions laitières, en contrepartie d’engagements concrets pour le développement d’une filière plus durable. Le Groupe est convaincu de la nécessaire construction d’un modèle responsabilisant l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur, du producteur au consommateur. Le Groupe poursuivra ses efforts de productivité industrielle et de gestion attentive de ses ressources afin d’assurer le financement de son développement. Dans l’ensemble de ses géographies, il entend ainsi poursuivre sa croissance et gagner des parts de marché, en particulier dans les zones où le snacking se développe. Il poursuivra sa stratégie offensive, afin de développer ses positions mondiales.

En partenariat avec Agro-media.fr

Cet article n'a pas été réalisé par la rédaction de Bfmtv.com

Logo-2018-Agro-Media.png

Agro-Media.fr leader de la presse professionnelle de l'industrie agroalimentaire sur Internet vous propose de suivre l'actualité du secteur en France et à l'étranger.



NEWSLETTER

Inscrivez-vous