En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En partenariat avec Agro-media.fr

Le blé français gagne des parts de marché en Europe

Le blé français gagne des parts de marché en Europe

FranceAgriMer a révisé en forte hausse ses prévisions de ventes de blé vers l'Union européenne, à 8,6 millions de tonnes (Mt), soit 0,5 Mt de plus que le mois dernier. " La qualité exceptionnelle des blés récoltés dans l'Hexagone en 2017, avec notamment un taux de protéines supérieur à 12 %, dope en effet les ventes françaises aussi bien vers le nord de l'UE (Pays‐Bas, Belgique, Allemagne...) que vers le sud (Espagne, Portugal, Italie...) " explique FranceAgrimer. A contrario, les prévisions d'exportations de blé en grain vers les pays tiers sont à nouveau revues à la baisse à 9,3 Mt (‐ 0,2 Mt par rapport au mois dernier), face à la concurrence internationale.

Les origines mer Noire, notamment russes, restent prédominantes sur le marché mondial et captent la quasi‐ totalité du marché égyptien. L'origine argentine, très compétitive également, se positionne sur l'Algérie. Au 8 janvier 2018, la France avait embarqué 3,8 Mt de blé, principalement vers l'Algérie, loin devant le Maroc, Cuba, l'Arabie saoudite et l'Égypte.

Un regain de dynamisme

Le stock de blé tendre français attendu en fin de campagne, s'allègerait néanmoins à 2,9 Mt, grâce au dynamisme des expéditions françaises vers l'Union européenne. Les ventes de maïs et d'orges français vers l'Union européenne profitent également d'un regain de dynamisme. Elles sont désormais projetées à près de 4,9 Mt de maïs grain (+ 100 000 tonnes par rapport au mois dernier) et 3,4 Mt d'orges (+ 85 000 tonnes) pour la campagne commerciale en cours. Par ailleurs, les prévisions d'utilisations d'orge par les fabricants d'aliments du bétail français sont révisées à la hausse à 1,3 Mt (+ 100 000 tonnes), les prévisions d'incorporations de blé et de maïs étant maintenues au même niveau que le mois dernier (respectivement 5,4 Mt et 2,6 Mt). À plus long terme, FranceAgriMer a attiré l'attention du conseil sur l'adoption de " Renovabio ", programme de décarbonation du secteur des transports et d'investissement massif dans la filière biocarburants au Brésil, qui pourrait avoir un impact sur le commerce mondial du maïs.

En partenariat avec Agro-media.fr

Cet article n'a pas été réalisé par la rédaction de Bfmtv.com

Logo-2018-Agro-Media.png

Agro-Media.fr leader de la presse professionnelle de l'industrie agroalimentaire sur Internet vous propose de suivre l'actualité du secteur en France et à l'étranger.



NEWSLETTER

Inscrivez-vous