Mis à jour le
La façade de la Banque nationale grecque le 13 février, après des manifestations anti-rigueur à Athènes.
 

Le FMI préconise que les créanciers européens du pays prennent leur part de perte. Un moyen selon l’institution de rendre celle-ci soutenable. En Europe, l'opposition est forte, mais les lignes semblent bouger à ce sujet.

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • sarah040000
    sarah040000     

    et ouui et dans ce cas n'oublions pas que les Français en auraient pour 100 Milliards à payer !!!!!!!!! arrêtons de laisser entrer d'autres pays dans l'UE ....pour l'instant il serait bien d'y mettre un frein ....... et de controler les chiffres donnés par les pays !!!!!!

  • UNDERMYTHUMB
    UNDERMYTHUMB     

    Enfin, cette décision est la bonne , prendre ses pertes était et reste le seul moyen de permettre à la GRECE de rester dans la zone euro.
    L'Allemagne est quand même particulièrement difficile à bouger sur pas mal de sujets ........certains disent que c'est le prix à payer pour nos paroles non tenues,
    peut être , mais c'est aussi culturel, de plus j'ai le sentiment que l'Allemagne doute d'elle même , de son avenir .............

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Si la croissance est pénalisée en cas d'économie budgétaire, c'est qu'en réalité elle est financée par l'emprunt et que l'économie n'est pas viable. Si à la fin du mois vous gagnez 1000€ parce que vous avez emprunté 1000€, ça n'est pas de la vraie croissance, c'est de la poudre aux yeux.

Votre réponse
Postez un commentaire