Ces entreprises françaises touchées par la fin de l'accord iranien

Airbus, General Electric, les constructeurs Renault et PSA pourraient être touchés alors que les responsables américains ont insisté pour que les entreprises européennes se conforment aussi au rétablissement des sanctions.
 

En se retirant de l'accord sur le nucléaire iranien, les États-Unis ont également rétabli les sanctions commerciales contre la République islamique, auxquelles doivent se conformer les entreprises américaines, mais aussi européennes et donc françaises.

Votre opinion

Postez un commentaire