× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
La première étape d'un futur accord de libre-échange entre l'Europe et les Etats-Unis démarre aujourd'hui.
 

Les ministres européens du Commerce se réunissent, ce vendredi 14 juin, pour déterminer le mandat de la Commission européenne dans les négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Dominique Itasse
    Dominique Itasse     

    C'est un enorme scandale ,il suffit de lire l'article dans le monde diplomatique de ce mois-ci ,on comprends mieux pourquoi on nous laisse à l'écart,notre modèle social va disparaitre ni plus ni moins ,la malbouffe à tous les repas ,le poulet nettoyé au cholre les porcs et bovins nourrit à la ractopamine sa,ns oublier les OGM ,la mort de la sécurité sociale et la possibilité de porter plainte contre tout état qui fera baisser les dividendes des entreprises US avec de nouevlles loi
    Super le futur ,j'ai hate d'y etre

  • Ruoma
    Ruoma     

    C'est encore un bouleversement qui nous attend.
    Nos chers (!) élus nous concoctent ça en toute discrétion et sans envisager la moindre consultation sous forme de référendum, alors que ce serait justifié, craignant à juste titre un rejet de la population.
    En effet, nous n'avons rien à gagner dans ce projet, mais bien tout à perdre. Et la technique est toujours la même, minimiser l'impact de ces décisions et les justifier par une amélioration à venir.
    Qu'on ne s'y trompe pas, tout ce qui limite les importations de produits américains va disparaître, sous prétexte de favoriser le commerce (mais pas les emplois). Le bénéfice en sera exclusivement pour les États-Unis. C'est eux qui le demandent.
    En 2014, le "made in France" déjà moribond, aura disparu.
    À moins que, dans un sursaut de lucidité, les Français ne prennent conscience que l'ensemble de nos maux depuis des décennies vient de notre adhésion à l'Union européenne dont la construction s'est toujours faite à notre détriment.
    Et qu'il décide de soutenir le seul mouvement qui l'explique clairement et dont le projet est de sortir de l'UE, de l'euro, de l'espace Schengen et de l'OTAN.
    Il s'agit de l'UPR de François Asselineau, mouvement de rassemblement créé en 2007 et en croissance continue.
    C'est à cette seule condition que la France, déjà très mal en point, pourra sortir de ce carcan mortel et retrouver son identité et son rayonnement.

Votre réponse
Postez un commentaire