× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Le représentant américain au commerce Ron Kirk et le commissaire européen au commerce Karel de Gucht le 28 janvier à Davos
 

Un accord a été trouvé vendredi soir par les Etats européens sur le périmètre de la négociation à venir avec Washington. Comme le demandait Paris, la culture a été exclue pour l'instant.

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • MICK Bravo
    MICK Bravo     

    Et si pour les USA , les négociations sur l'audiovisuel étaient un leurre ? Destinées à dire " amen " sur leurs autres exigences ? ? ?

  • A Jamais
    A Jamais     

    On a pas finit de subventionner la merde que produit le cinéma français sur facilement 90% de ce qu'elle produit. Qu'on arrête de payer les merdes comme "parlons-en sous la pluie" ou bien "c'est un secret ne le dit pas"

  • Justesse
    Justesse     

    Marché transatlantique UE-Etats-Unis :
    François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont dit oui !!!

    C’est une nouvelle d’une extrême gravité !!!
    On n’est pas encore capable d’imaginer concrètement les conséquences d’un tel accord…
    Nous vivons un moment historique qui aura une implication terrible dans les futures années….

    Il n’y a pas eu de veto français le 14 juin lors du conseil européen des ministres du commerce qui a donné son accord pour l’ouverture des négociations autour d’un accord de libre échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Le très libéral commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht s’est réjoui du feu vert des Etats membres, y compris sur les services audiovisuels.

    Lors de la conférence de presse à Bruxelles, vendredi 14 juin, le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht s’est livré à un tour de passe-passe dont la Commission européenne a le secret (voir ici <http://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?ref=I079163> ). Peu expansif, De Gucht a d’abord déclaré être « ravi que le Conseil a décidé le 14 juin de donner à la Commission européenne le feu vert pour commencer les négociations » autour d’un accord de libre échange avec les Etats-Unis, ce que les technocrates de la Commission ont nommé le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI, TTIP en anglais).

    « 98 % du contenu du mandat de la Commission a été adopté, avec un consensus très large » , a révélé le commissaire européen, qui a ensuite développé la position de la Commission sur le dossier brûlant de la culture et de l’audiovisuel. « Les services audiovisuels ne sont actuellement pas dans le mandat », jure Karel De Gucht. « Mais le mandat indique clairement que la Commission a la possibilité de revenir au Conseil avec des directives de négociations supplémentaires sur la base d’une discussion avec nos homologues américains ». L’audiovisuel n’est pas dans le mandat, mais il n’est pas exclu qu’il y soit…

    « Nous sommes prêts à discuter avec nos homologues américains et d’écouter leur point de vue sur cette question ». La conclusion de Karel De Gucht est que les services audiovisuels pourraient faire l’objet de directives de négociations supplémentaires le moment venu. Une belle victoire pour la Commission européenne qui a obtenu ce qu’elle souhaitait contre la bronca française de ces derniers jours.

    Lire ici : Le coup de bluff du gouvernement sur l’exception culturelle <http://www.politis.fr/Exception-culturelle-l-esbroufe-du,22600.html>

    A l’issue du conseil des ministres européens du Commerce du 14 juin, les services de Nicole Bricq, ministre français du Commerce extérieur ont gardé le silence. Le silence a aussi prévalu à Matignon et à l’Elysée. La Commission européenne a pourtant publié le jour même un long Mémo (lire ici en anglais <http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-13-564_en.htm> ) détaillant ce que les Etats membres ont approuvé dans le cadre des négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis pour un accord de libre échange.

    Pourtant, François Hollande et Jean-Marc Ayrault auraient dû réagir sur le contenu de ce Mémo daté du 14 juin. Si un accord est conclu avec les Etats-Unis, les multinationales pourront protéger leurs investissements en utilisant une procédure d’arbitrage privée nommée « règlement des différends investisseur-Etat », et ainsi lever les barrières juridiques dans les secteurs convoités.

    Lire ici : Marché transatlantique UE-Etats-Unis : le mandat explosif de la Commission européenne <http://www.politis.fr/Marche-transatlantique-UE-Etats,22537.html>

    Ce conseil européen est un échec pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault, qui ont ouvert la porte à la marchandisation décidée par les multinationales européennes et américaines.

    Lire ici : Accord de libre échange UE-USA : les lobbies n’ont pas à décider de notre avenir <http://www.solidaires.org/IMG/pdf/CP_commun_Accords_de_libre_echange_UE_USA_130613.pdf>

    Via sott.net <http://fr.sott.net/article/15435-Marche-transatlantique-UE-Etats-Unis-Francois-Hollande-et-Jean-Marc-Ayrault-ont-dit-oui>

  • gunjack
    gunjack     

    On n'aura plus d'industrie, plus d'agriculture, plus d'emplois, plus de retraites, beaucoup de chômeurs, beaucoup d'impôts et beaucoup de culture financée par nos impôts, on aura faim mais la variété subventionnée sera sauve, le bilan européen est pitoyable.

  • Justesse
    Justesse     

    C'est encore une ruse pour détourner l'attention de ce qu'ils sont en train de faire. C'est tellement évident. Que ce soit les guerres de l'OTAN, les suppressions des libertés individuelles ou les suppressions des droits des peuples :
    LA TECHNIQUE EST TOUJOURS LA MEME ET GROSSIERE ON DETOURNE L'ATTENTION

    A oui c'est une ruse de l'Europe, c'est vrai, c'est écrit vers la fin de l'article, lorsqu'il est écrit que les diplomates européens s'apprêtent à planter un couteau dans le dos des Français, c'est tout à fait ça.

    Ce qui est intéressant pour l'UE, c'est d'avoir un "canal" pro-UE par la survivance d'un cinéma français. C'est un peu comme un terroir, une image du passé qui subsiste. En plus la distorsion est très faible, les cinémas des autres membres étant déjà réduits au minimum.

    Toute l’horreur se résume dans cette phrase, et l’actu nous permet de le vérifier un peu plus chaque jour: « Qu’on ne s’y trompe pas ; Washington jouera le tout pour le tout, – dans le style Iron Man 3 – en brisant les normes européennes d’hygiène et phyto-sanitaires et « libéralisant » l’alimentation, le tout génétiquement modifié, depuis la viande améliorée avec des hormones au poulet au chlore. Les règles ennuyeuses établies par les hommes sans visage à Bruxelles ont été systématiquement tournées en dérision par Washington comme « non scientifiques », contrairement aux non-règles US.

    Certains diplomates UE très furieux, ont confirmé en privé à Asia Times que Barroso a monté cette formidable opération pratiquement seul par lui-même, en attendant une future belle récompense de la part de ses maîtres – à Bruxelles ? Que nenni, à Washington. Barroso veut devenir soit le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, soit de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. On ne peut accéder à aucun de ces deux postes sans le feu vert de Washington.

  • TCCT
    TCCT     

    Ce traité va être une ignominie pour les peuples européens. Et il ne figure dans aucun programme et on ne demande pas leur avis aux européens.

Votre réponse
Postez un commentaire