En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le bâtiment principal de la Banque centrale européenne, à Francfort-sur-le-Main.
 

Six banques centrales nationales - dont la Banque de France et la Bundesbank -, se voient confier par la Banque centrale européenne la mission de racheter des obligations pour inciter les entreprises à investir.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Google-106873138580627376743
    Google-106873138580627376743     

    Tu parles d'une bonne excuse : Les banques centrales ont acheté de l'or à tire larigo ces dernières années par peur d'une perte de confiance dans leurs monnaies vu les taux très faibles qu'elles pratiquent, et maintenant l'or ne suffit plus pour redonner confiance dans les banques centrales : Il leur faut aussi avoir dans leurs coffres des dettes d'entreprises (car la seule chose qui ait de la valeur c'est les entreprises qui vendent et qui touchent des bénéfices) et demain, comme déjà au Japon, les banques centrales seront bien obligées de mettre aussi des actions (des parts d'entreprises) dans leurs coffres pour ne pas que leur monnaie soit assimilée à une "monnaie de singe".

Votre réponse
Postez un commentaire